L’identité nationale, ou le salut national

L’identité nationale les éveillés

RSS
Follow by Email
Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://leseveilles.info/2016/10/23/lidentite-nationale/
LinkedIn

La France connaît une grande crise de doute existentiel, la question de l’identité nationale ne cesse d’être soulevée par les politiques qui ne connaissent bien souvent que peu l’identité française. Au-delà du concept historique, il s’agit d’un concept philosophique primordiale. Les éveillés reviennent sur l’identité française.

 

L’identité nationale qu’est-ce que c’est ?

 

L’identité nationale est une notion des plus controversées aujourd’hui et qui est difficilement définissable. Cependant, l’identité nationale peut être défini comme l’ensemble des particularités communes permettant la cohésion des personnes qui se regroupent dans un construit social, qui peut être caractérisé de nation. Ainsi la nation est constituée par un ensemble homogène de personnes qui se regroupent auprès de valeurs similaires. La nation est donc avant tout un construit social, avant d’être un construit géographique. L’identité nationale se base sur le construit social vécut, historique qui est la culture de la nation. Cette dimension culturelle est donc primordiale, car elle permet le construit social et donc de définir un peuple, une civilisation en une nation.

 

La notion identitaire de ce construit social est influencé par la volonté des individus de s’approprier le construit social d’un état. Ce qui fait que des personnes qui ne sont pas nées en France deviennent françaises pour s’approprier le construit social, culturelle et identitaire de la France. L’importance pour qu’une nation soit créée c’est de revendiquer ce construit social et culturel et de le porter en valeur nationale. De cette manière, chaque membre de la nation est imprégné des mêmes valeurs qui permettent ainsi la cohésion et la cohabitation.

 

Le choc culturel premier obstacle à la cohésion

 

La cohésion sociale est un élément moteur dans toutes sociétés, apprendre à vivre ensemble, peu importe nos différences ! Cette valeur est primordiale en France. Cependant, elle doit être soumise à l’identité nationale et donc au construit social qui a été élaboré autour. Malgré ce que l’on pense, l’importance n’est pas de regarder qui sont les membres qui ont constitué la nation française (gaulois, celtes, romains…), et ce à n’importe quelle période de l’histoire. Ce qui importe c’est de s’approprier les valeurs, la culture, le construit social et l’histoire de ces hommes qui ont fait de la nation française ce qu’elle est aujourd’hui. Il est ainsi important de prendre conscience de tous ces éléments qui nous distinguent de nos voisins et qui font notre unicité.

 

La diversité de la population, de la géographie ou des origines ne compte donc plus, dans le construit social français. Cependant, l’identité nationale est à étudier selon l’histoire de la nation. En effet, il ne faut pas oublier le passé glorieux de la France, ses origines, ses orientations et ses morts qui ont permis de faire de la France ce qu’elle est aujourd’hui. Il est obligatoire, que toutes personnes souhaitant être membre à part entière de la nation, n’imposent pas sa culture, son mode de vie et ses valeurs à la nation, mais au contraire épouse le construit social français qui comprend alors la culture, les valeurs, le mode de vie et l’histoire de la France. Bien entendu, la diversité est une richesse immuable, mais elle ne doit pas être imposée, mais proposée par des personnes totalement intégrées à la nation française.

 

L’union nationale un construit si cher à nos cœurs!

 

L’union nationale française a pu être permise grâce à la Révolution française. Qui n’a pas le cœur serré quant aux lectures des récits de la fête de la fédération ? Qui n’est pas émeut par l’histoire si riche de notre nation ? Il est important de rappeler que la question de l’identité nationale est un phénomène récent, datant de la fin du vingtième siècle. Pourquoi une remise en cause de notre société ? Notre nation est-elle réellement en péril ?

 

Cette question identitaire intervient du fait de deux phénomènes. La mondialisation déstructurée est le phénomène le plus important de déculturation jamais connu jusque là. Ce dogme, cette idéologie qu’est la mondialisation est la première cause de nuisance à l’identité nationale. Les nations ne sont plus souveraine de leurs propres cultures du fait d’une libéralisation incontrôlée et destructrice qui nuit à notre construit social. Avant d’être français, nous sommes maintenant un citoyen du monde, puis un citoyen européen. Nous adoptons un mode de vie et une culture qui doit être similaire aux autres pays occidentaux. La notion de peuple devient de moins en moins reconnue et cette déculturation est un des phénomènes marquants de notre perte d’identité.

 

Le second phénomène est dû à une immigration de peuplement, venue d’autres continents qui est plus intensive. Cette immigration de peuplement, en devenant intensive et non restrictive (à l’adoption du construit social français) devient alors néfaste pour notre identité puisque ces personnes qui immigres proviennent de pays orientaux, asiatiques ou d’Afrique qui ont un héritage civilisationnel très riche dont ces ressortissants ne sont pas prêts à se défaire pour adopter l’héritage civilisationnel français. Car comme le dit l’historien Emmanuel Todd : «  L’immigrationnisme sans frein, qui est en train de se constituer en idéologie européenne, qui met les droits des étrangers mobiles, polonais ou moyen-orientaux, au-dessus de ceux des nationaux, qui met donc les populations en état d’insécurité est, sous l’apparence des bons sentiments, un anti-humanisme »

 

Un héritage à préserver

 

Notre héritage est lourd, car étant aussi diversifié et glorieux que possible l’héritage culturel français est le plus riche qui soient. Il appartient qu’à nous de pouvoir développer cet héritage et de le préserver, tout comme nos ancêtres ont pu le faire. Il faut aussi que les nouveaux citoyens de la nation française ne soient pas tenus à l’écart de cet héritage, mais qu’ils se l’approprient. Cela passe par une éducation forte de son histoire, de ses valeurs, de sa culture et de son héritage qui fait de la France une nation au construit social les plus riches qui soient. Elle doit redevenir un peuple et pour être un peuple comme le définit si bien Ernest Renan : « L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis (…). Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. »

 

Il est donc important que les politiques françaises soient fières d’être françaises et cessent de sacrifier l’intérêt national à l’Europe, aux États-Unis ou encore à l’Arabie Saoudite. Comme le dit Joseph Saves, pour voir si nous nous trompons, il sera intéressant de regarder les deux nations que sont la France et l’Allemagne, car l’une a sacrifié sa souveraineté à l’union monétaire et l’une l’a retrouvée. Il sera alors intéressant de voir quelle nation a su insuffler le mieux à sa population le désir de vivre ensemble.

2 Comments

  1. Dernier chapitre : quel pays a sacrifié sa souveraineté, quel pays l’a retrouvée ? Ce n’est pas clair. La France d’un coté, l’Allemagne de l’autre ?
    C’est vrai que l’ Allemagne avec l’ euro n’a plus besoin du mark, car c’est mieux pour elle. Avec le mark elle serait obligée de réévaluer et les Allemands se porteraient moins bien.
    Avec l’ Euro ce sont exportateurs des autres pays, donc aussi l’emploi, qui sont perdants et qui voient les déficits publics de leur pays augmenter.
    La mondialisation, comme l’a dit le président turc Erdogan, est une nouvelle forme de colonialisme où ce sont les multinationales qui sont gagnantes, au détriment de leurs pays et du réchauffement de la planète.
    Beaucoup de réfugiés le sont pour des raisons économiques, ce qui montre bien que la mondialisation ne profite pas également à tous. L’inconvénient principal de la mondialisation réside dans l’extension d’un modèle de consommation périmé au détriment des populations des pays industriels, qui, victimes d’un chômage de masse, refusent d’accueillir les migrants, la mondialisation ayant ruiné leur pays.
    Quant au problème d’identité l’abandon du colonialisme nous a donné un complexe vis à vis de populations francophones que nous nous sommes obligés d’accueillir.
    Auparavant la France a reçu des migrants de pays comme l’ Italie, la Pologne, l’ Espagne et le Portugal. Ils s’intégraient facilement, d’autant plus que nous avions en commun les racines chrétiennes.
    Là encore, nous payons l’erreur à l’origine de la mondialisation, les riches des pays riches, avec la bénédiction de Jean Boissonnat, qui déclarait en 1972, alors que le Joint Français ( ex-CGE ) voulait délocaliser de St Brieuc à Malte : « Il faut savoir ce que l(on veut, être solidaires ou pas, industrialiser le Tiers Monde, ou pas « , s’étant défaussés sur la concurrence= division. Les consommateurs ont approuvé et les riches ont délocalisé, au lieu d’aider les pays pauvres par des prêts sans intérêt comme le plan MARSHALL, pour aider les pays pauvres à construire des routes, des ponts, des écoles et des hôpitaux.
    Le problème avec les musulmans c’est qu’ils ont une religion en quelque sorte politique,qui veut s’imposer au politique, alors que la religion catholique a admis depuis un certain temps qu’elle était compatible avec un ÉTAT laïque, comme déjà dit par le Christ « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui
    est à Dieu ! »
    C’est ça l’identité de la France !

  2. Il est sur que la remise en cause de l’identité national est une consultante direct de la mondialisation. Cependant ce sujet est au coeur des préoccupations, car la sauvegarde de notre identité passe par la lutte contre la mondialisation.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*